Si vous avez des enfants aujourd’hui, il est fort probable que vous ayez été élevé dans les années 70 ou 80. Époque, mentalité, rapport à l’enfant, tout a changé. En mieux ou en pire ? A vous de juger !

La clope

A l’époque, on fumait partout. Bars, restos, train, métro, cinéma, avion, bureaux… Ça paraît incroyable, mais vraiment, la clope ne semblait gêner personne. Aujourd’hui, c’est tout le contraire. Interdiction de fumer presque partout, interdiction de vente aux mineurs, interdiction d’en faire la pub. Qui n’a jamais eu la nausée dans la bagnole, pendant que papa s’en grillait une bonne, toutes fenêtres fermées ?  

Punitions, claques dans la gueule, fessées

Il y a 40 ans, les principes d’éducation n’étaient pas les mêmes. Disons qu’on était plus… relax. Personne ne s’offusquait qu’on mette un taquet ou une fessée au gamin turbulent pour le remettre dans l’axe. Aujourd’hui, claques et fessées sont tout simplement considérés comme des délits, depuis la loi anti-fessée de Juillet 2019.

Ceintures à l’arrière

La sécurité, à l’époque, était une notion assez floue, il faut bien le reconnaître. Notamment en voiture, où on tapait nos meilleurs dodos allongés sur la banquette arrière, quand on y était pas serrés à 4. Depuis 1990, la ceinture à l’arrière est obligatoire, et depuis 2005, le conducteur est pénalement responsable de l’application de cette loi par les mineurs. 

Écrans

On a beau jeu de dire que nos enfants sont gavés d’écrans. C’est vrai. Mais les enfants des années 80 n’étaient pas en reste, loin de la. La télé, on en bouffait, et pas qu’un peu. Le club Dorothée et ses 15 dessins animés enchaînés, qui duraient 8h d’affilée, on en parle ? C’était très probablement aussi abrutissant que 3 heures de TikTok ou de Youtube. 

Argent de poche 

Là aussi, passage à l’euro oblige, ça a bieeeen changé. A l’époque, avec 20 francs d’argent de poche, t’étais bien. Aujourd’hui, cette somme correspond à… environ 3 euros. Une blague, quoi. 

Autonomie

C’est peut-être plus subjectif, mais il semble bien que nos parents nous laissaient nous balader, en ville ou à la campagne, bien plus librement qu’aujourd’hui. Alors même que nous n’avions pas de téléphone pour être joints. Aujourd’hui, c’est un texto par destination atteinte. 

Les fringues

Ah les enfants d’aujourd’hui, qu’ils sont coquets ! A l’époque, si on s’en réfère aux photos, c’était des looks assez incroyables qui nous étaient imposés par nos parents, à base de couleurs folles et de gilets en peau de mouton, souvent ayant appartenus aux frères et soeurs avant. On considérait alors que dépenser de l’argent dans l’habillement des gosses était parfaitement inutile. 

Droit à la parole

À l’époque, la parole de l’enfant n’était pas aussi considérée qu’aujourd’hui. On estimait que l’enfant n’avait pas son mot à dire, et surtout en présence d’adultes. Aujourd’hui, l’enfant est au contraire encouragé à exprimer ses ressentis. 

Rapport à la nourriture

« Tu ne te lèves pas de table tant que tu n’as pas fini ton assiette ». Qui n’a jamais entendu cette phrase, souvent assortie de « Y’a des enfants qui crèvent de faim ». Et donc de rester donc 3/4 d’heures devant une plâtrée de choux de Bruxelles froids, pendant que les autres sont déjà dehors. C’est fini, tout ça.