En 2020, j'arrête de me faire entuber par mon ado - Pixpay
Retour Conseils et astuces

En 2020, j’arrête de me faire entuber par mon ado

11 février 2020
par Jeanne Ravisy
 Jeanne Ravisy
veruca salt enfant willy wonka avec le ticket d'or dans les mains

Il y a certaines résolutions plus dures à tenir que d’autres.

Se coucher plus tôt ou manger moins gras, ça va. Par contre, tenir tête à un ado qui vous réclame quelque chose, ça demande des nerfs et une volonté d’acier.

Car vous le savez bien, ils sont sournois. L’ado motivé trouvera toujours le bon levier pour vous faire craquer. De « tous mes potes en ont » à « y’en a que pour ma soeur ici, c’est pas juste », il n’hésitera pas à utiliser toutes les ficelles imaginables pour vous soutirer votre argent si durement gagné. On connaît la chanson. On l’a jouée à nos parents avant eux. Et pourtant , ça fonctionne encore. Oui, on craque. Par lassitude, culpabilité ou faiblesse. C’est que le jeune est tenace, têtu, et surtout obsessionnel : quand il a un truc en tête, très dur de lui enlever. Le seul moyen pour avoir la paix étant alors souvent de céder. Il paraîtrait que les papas craquent encore plus vite et facilement que les mamans.


Mais pas cette année.

Pas en 2020. Finie, la fête du slip. Cette saison, on sera fermes. Justes, mais fermes. Le budget argent de poche, défini en amont, sera tenu et respecté. Pas question de se faire avoir plus longtemps. D’autant que le plus souvent, c’est littéralement de l’argent jeté par les fenêtres. Car l’ado ne garde rien plus de six mois ! Maladroit, étourdi, gauche, il bousille tout ! Par exemple, en termes de nouvelles technologies. C’est vraiment donner de la confiture à des cochons. Vous allez lui acheter un iPhone 11 ? Il va se le faire voler. Un drône ? Il va le crasher. Une tablette ? Il va la casser. C’est écrit. Alors oui, ces gadgets sont bien sympathiques. Mais pourquoi ne pas vous faire plaisir à vous, plutôt ? Vous qui êtes tellement plus soigneux et méritants que ces grands dadais ?


Et que dire des vêtements de marque hors de prix qu’il réclame sans cesse ? En plus d’être souvent d’une grande laideur (bon, ça encore, chacun ses goûts), ils seront trop petits dans six mois et invendables car trop usés. Absurde. De plus, il y a fort à parier que bientôt, cette marque là ne sera plus à la mode, et qu’il vous cassera la tête avec celle « trop coooool » qui l’aura remplacée. Non, non, et non.


Mais le pire est ailleurs, en matière de spoliation : il s’agit évidemment de la fameuse petite « rallonge » occasionnelle, qui à force d’être réclamée, n’a plus rien d’occasionnelle. Une sortie, un achat compulsif, un tour en ville ? Allez hop, c’est le moment de passer à la caisse ! À croire que vous êtes devenu une cash machine géante. Assez. Finito.


Qu’ils fassent du baby-sitting, qu’ils vendent leurs affaires, qu’ils se privent, peu vous importe désormais. Vous êtes devenu une véritable barre de fer, qui ne lâchera plus rien sans une bonne raison.

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter bonne chance.